Ateliers de Cinéma d’Animation, Image par Image sur les chemins de l’exil.

Par défaut

ARNIKA CIE et IL ETAIT UN TRUC vous invitent :  

Ateliers de Cinéma d’Animation, Image par Image sur les chemins de l’exil.

Samedi 27 janvier et/ou dimanche 28 janvier de 14h à 18h (ou plus si affinités) au  Lavoir Théâtre  63,Bd du Fossan 06500 Menton – 04 93 41 41 55A

Ces ateliers s’adressent aux adultes comme aux enfants, un moment à partager en famille.  Participation libre en soutien au projet « C’est la Goutte d’Eau ». 

Du VOIR au FAIRE – Un Voyage Perceptif en Cinéma
Du spectacle vivant à la création d’une séquence animée,
vivez une expérience cinématographique embarqués dans une oeuvre participative commune.

Re-bondS cinématographiqueS !

En écho à la création de la compagnie Arnika ; l’association Il était un Truc… met en oeuvre de nombreux ateliers de pratiques artistiques visuelles, d’une demi-journée l’autre, pour re-visiter des séquences vidéo autour de la figure de l’exil.
Ces ateliers, image par image, explorent, expérimentent, trafiquent, inventent de multiples formes au mouvement, et invitent à entrer en création en re-bondissant sur des films fondateurs, transformé en une suite d’images imprimées au rythme de 6 photogrammes par seconde.

En agissant sur un passage, chaque participant, prenant la suite d’un autre, peut re-mettre en question sa perception du film, grâce à la technique de la Photocopie*, par une re-colorisation, une ré-interprétation, des contre et sur-emplois, des animations, des collages, …, au service d’un imaginaire débridé. La re-prise d’images animées définit de nouveaux contours dans le déplacement des formes et des sens.

* La technique de la Photocopie consiste à ré-intervenir librement sur un extrait filmique choisi, séquencé en une suite d’images et imprimé.

 

La succession des dessins re-numérisés est présentée dès la fin de la session d’atelier et sera ensuite re-montée, rythmée, enchainée et intègrera le spectacle « Eclaboussure » qui partira en tournée en méditerrannée avec le projet « C’est la Goutte d’eau » par des projections marines.

Mise en oeuvre d’un atelier sur une demi-journée
In
– Visionnage des séquences vidéo sélectionnées,
– Travail d’observation du principe de la décomposition du mouvement cinématographique,
– Découverte des techniques de la Photocopie, une des branches du cinéma d’animation en 2D,- Séquençage par seconde remis à chacun,

– Réflexion sur comment ré-intervenir sur son passage ?, seul ou en résonnant avec le groupe, – Création : colorisation, animation dans l’espace de la feuille, tamponnage, détournement, …,
– Captation image par image au banc-titre,
– Enchainement bout à bout rapide,

– Projection.

Out
– Montage professionnel créatif,- Restitution à bord.

IL ETAIT UN TRUC…, l’association qui amène la création artistique par tous, pour tous, partout…, en allant du FAIRE au VOIR ! 

A l’usage, IL ETAIT UN TRUC… porte le cinéma au regard de tous, de la création à la diffusion, de la production à la distribution.
Formellement, l’association développe des expériences cinématographiques sous la forme d’ateliers de pratiques artistiques, et transmet ses lumières par l’appropriation d’outils de création et d’expérimentation.
Autrement, IL ETAIT UN TRUC… porte la structure mobile et modulable des FILMS en TUBES. Une fabrique qui invite à la découverte de nouvelles formes audio et visuelles dans des démarches d’éducation au cinéma.

Regardez Voir
Les ateliers de l’association IL ETAIT UN TRUC…, donnent l’occasion de découvrir la fraîcheur de pratiques artistiques riches en moyens, sensations et idées.
La volonté est de sensibiliser à la culture cinématographique, former à la lecture de l’image, contribuer à l’éducation du spectateur, construire la fréquentation des salles de cinéma comme pratique culturelle et parcours de découvertes, et libérer toutes les imaginations.
Nous proposons des ateliers permettant d’appréhender les questions de rythme, de mouvement et de transformation, qui sont au centre du cinéma d’animation. Ces pratiques explorent de nouveaux enjeux méthodologiques, artistiques et esthétiques. Elles portent un regard sur le monde contemporain..
Par ces actions, nous travaillons à développer les rencontres et l’apprentissage des savoirs faire, voir et être, en créant.
Cette formation du regard, avec ce qu’elle implique de liaisons théorie-pratique, développe une attitude de recherche et d’expérimentation. Le voir apparaît comme un moyen essentiel d’articuler le savoir et le faire. Le participant-spectateur devient le destinataire de cette connaissance et de ce savoir acquis par l’expérience artistique.
Les rapports entre l’observation et l’action sont au centre de l’apprentissage de la connaissance. Il faut apprendre à voir. Il faut s’attaquer courageusement aux images pour apprendre à les lire. Le plaisir de voir s’ajoute à celui de jouir de la manière dont c’est montré.
Intervenir grâce à ces ateliers, c’est partir à la conquête d’un art de la vision, un art total, hanté par la synthèse de l’être et de l’image. 

Réservations infos@lavoirtheatre.org Ou par SMS au  06 69 70 46 06.

(Date – Nom – numéro de téléphone – nombre de places)

Le Lavoir Théâtre  63,Bd du Fossan 06500 Menton – 04 93 41 41 55

Publicités

l’hétérotope

Par défaut

bateau

 

 

 

« La rencontre avec un bateau, c’est toute une histoire… Une histoire pleine de rencontres, des rencontres pleines d’amour et d’envies… Cette histoire aura été pleine de rebondissements, pleine de promesses éternelles, de regrets et de joies, pleine de passion à s’endormir chaque soir capitaines du dernier navire en jeu… Nous sommes tombés amoureux comme des adolescents, éperdument, et puis nous sommes allé voir si finalement la mer n’était pas plus bleue dans le champ du voisin, nous avons hésité, nous nous sommes enflammés, refroidis, nous avons fait des tableaux de plus et moins et décidé que l’amour était le plus fort, nous avons cru aux signes du destin, croisé les doigts et puis nous avons relativisé aussi, chiffré, pesé, mesuré, nous avons été monomaniaques des ketch aciers, insomniaques des petits annonces, nous avons été anti-Skaï blanc et pro-pilote auto….Nous avons pesté, regretté, nous avons été émus aussi… Oui souvent émus… Et oui parce que dans cette histoire il y a aussi les rencontres avec les propriétaires, ceux qui nous font rêver, ceux qui nous ressemblent, ceux à qui on voudrait ressembler, ceux que nous faisons rêver… il y a aussi ceux qui sont des vendeurs et dont la parole n’a pas de valeur mais ceux que l’on retient, ce sont ceux qui ont partagé avec nous leur amour de la vie… Oui, il y a beaucoup d’amour dans les bateaux à vendre, de nostalgie ou de regret, souvent le temps, la maladie ou la vieillesse qui viennent faucher un rêve inachevé, une odyssée pas commencée ou avortée… Ça donne envie d’en prendre soin, de reprendre le flambeau du fil de l’ eau… Ça donne envie d’y aller maintenant, de ne pas attendre qu’il soit trop tard, ça donne envie de vivre, de profiter du présent, de se jeter à l’eau avant que le temps nous rattrape. Merci à tous les bateaux qui nous ont fait rêver et à leurs capitaines qui nous les ont fait aimer, vous faites partie de notre odyssée… Nous avons trouvé notre perle rare, notre Amel Euros 41, ketch de voyage en polyester des chantiers Amel de 1974… Nous l’appellerons « L’hétérotope », du grec topos, « lieu », et hétéro, « autre »: « lieu autre », concept forgé par Michel Foucault qui définit les hétérotopies comme la localisation physique de l’utopie, des espaces concrets qui hébergent l’imaginaire et le rêve. Evidemment nous vous donnerons rendez vous pour son bapteme qui sera fait dans le règles de l’art et de la mer…  » 

 

Août 2016 : Embarquement…

Par défaut

Nous venons d’obtenir l’autorisation de monter à bord de l’Aquarius, afin de continuer à observer le monde à hauteur d’homme.
L’Aquarius est le navire de Sos Méditerrannée, dédié au sauvetage des réfugiés au large de la Lybie. Il a pu être affrété grâce à plus d’un million d’euros de dons de particuliers. Pendant quelques semaines, nous allons porter notre regard sur cet équipage envoyé en mer grâce à la capacité des citoyens européens à refuser l’inacceptable. Au delà du sauvetage des exilés, s’accomplit, sur le pont de l’Aquarius une autre mission : celle de rester humain en faisant vivre en Méditerranée les valeurs essentielles de responsabilité et de solidarité qu’enseigne la mer.
Emilien Urbach a rejoint le Navire au port de Trapani hier et prendra la mer dès demain matin. Mandine Guillaume lance ses premières bouteilles à la mer avant d’embarquer d’ici quelques jours à Catane.received_1113230225401089_20160815164302699.jpg