Genova, première représentation in italiano

Par défaut

Nous sommes accueillis par Maria Elena et Maria Pina, qui s’occupent du festival Zones portuaires à Gênes, Emmanuel vigne, fondateur de Zones portuaires marseille nous rejoint pour la projection.Répétitions en italien… dur dur… mais on s’accroche… Enregistrement des textes des radios avec Maria Elena et des textes du père avec Matteo Alfonso…Rencontre passionnante avec le Professeur Ayme, ethnologue spécialiste de Lampedusa… qui nous raconte entre autre que les rescapés ont appelé leurs enfants du nom de leurs sauveteurs… comme dans notre pièce.Atelier d’écriture et projections.Musiciens et réfugiés croisent leurs mots avant le spectacle, entrelacés avec les textes d’Enzo Barnaba… en attendant la nuit.Et première représentation en italien… le lieu est très passant, quelques bancs, pas de chaises ni de tapis pour les spectateurs … nous craignons le pire, vont ils passer, vont ils rester ? Mais les spectateurs sont là, présents à l’écoute, touchés … c’est beau.

Publicités

Départ pour Genova

Par défaut

Première escale à Imperia, avec Mandine, Emilien (et Rita), Kostadis et Yasmina (qui filme nos aventures)… nous croisons nos premiers dauphins, moment suspendu… et puis nous apprenons que l’Aquarius s’est vu refuser l’accès aux ports italiens… notre spectacle résonne fort sur les flots qui nous mènent vers notre prochaine représentation…

L’hétérotope passe la frontière …

Par défaut

Les 2,3 juin 2018Représentation « Une goutte à la mer » au vieux port de Menton… On dit que quand le bateau s’approcha du quai au son de l’accordéon, toutes les lumières de la colline derrière s’allumèrent les unes après les autres….(Photos : philippe Caravelli)Le lendemain atelier d’écriture de bouteilles à la mer, projection, débat au lavoir théâtre, notre partenaire de toujours… et magnifique performance plastico-clownesque de Mazarine (Nathalie Masseglia) et Carst Mortelmans … un moment de poésie pure …Et passage de la frontière par l’Hétérotope …

Levée d’ancre à Port de Bouc

Par défaut

4,5 mai 2018Ça y est c’est parti… en beauté, en musique, en émotion, en solidarité…Vendredi soir :

Apéro musical « En attendant la nuit » Miquéu Montanaro nous offre la beauté de ses Extraits de « Raga tambourin”… et Sos Méditerranée et Madame le maire de Port de Bouc leurs discours pleins d’humanité et de solidarité…

Puis, première représentation de notre spectacle « Une goutte à la mer » Avec : Mandine Guillaume, Emilien Urbach, Pierre Alain Mannoni et Kostadis MizarasEt l’aide complice de Alain Arsac (musique) , Felix Jousserand et Frederic Nevchehirlian (Voix) , Emmanuel Vigne (projection vidéo), Emilie Jobin (Costumes), Carst (Construction), L’Association Il était un truc (Réalisation vidéo) l’université de Venise, Enzo Barnabà et Dimitris Alexakis (traductions)Pleins de stress techniques et météo … mais surtout, la joie de Porter notre histoire, tous ensemble pour la solidarité.Samedi matin :Atelier d’écriture de bouteille à la mer avec Pierre Dharréville (député des Bouches du Rhône), Valérie Bournet (cofondatrice et comédienne de l’Agence de voyages imaginaires), Gérard Meylan (Comédien) et Pierre-Alain Mannoni (Universitaire condamné, à Nice, pour Délit de solidarité). Un très beau moment, plein d’humanité et de générosité avec de très très belles personnes … merci 🙂Puis projections débats rencontres au cinéma le Méliès, notre Partenaire avec le festival Zones portuairesSamedi soir…Concerts de soutien de Miquèu Montanaro, Manu Théron, Sam Karpienia, Thomas lippens… c’est beau, c’est bon et leurs musiques et leurs voix coulent dans nos cœurs, gonflent nos voiles …Miquèu Montanaro et Thomas Lippens improvisent un baptême musical sur le goutte à goutte de l’équipe …Sos Méditerranée largue les amarres de l’hétérotope…

Départ en fanfare de « C’est la goutte d’eau » art et culture à la voile pour la solidarité en méditerranée… Avec Lady Maga et les sax toys… une quinzaine de fanfarons, un sax dans le mat, une grosse caisse dans le cockpit… du bonheur, du bonheur, que du bonheur partagé !

Résidence de création sur l’eau…

Par défaut

Février 2018 – Résidence de création à Menton (06) et à Port de Bouc (13)

Merci au lavoir théâtre et au cinéma le Méliès pour leur accueil.

La traduction du texte est lancée, les personnages pointent le bout de leur nez, l’équipe prend ses marques sur L’hétérotope… En attendant la chaleur de notre tournée d’été, on s’émerveille de la neige et on lutte contre le vent froid qui souffle sur le pont…

Ateliers de Cinéma d’Animation, Image par Image sur les chemins de l’exil.

Par défaut

ARNIKA CIE et IL ETAIT UN TRUC vous invitent :  

Ateliers de Cinéma d’Animation, Image par Image sur les chemins de l’exil.

Samedi 27 janvier et/ou dimanche 28 janvier de 14h à 18h (ou plus si affinités) au  Lavoir Théâtre  63,Bd du Fossan 06500 Menton – 04 93 41 41 55A

Ces ateliers s’adressent aux adultes comme aux enfants, un moment à partager en famille.  Participation libre en soutien au projet « C’est la Goutte d’Eau ». 

Du VOIR au FAIRE – Un Voyage Perceptif en Cinéma
Du spectacle vivant à la création d’une séquence animée,
vivez une expérience cinématographique embarqués dans une oeuvre participative commune.

Re-bondS cinématographiqueS !

En écho à la création de la compagnie Arnika ; l’association Il était un Truc… met en oeuvre de nombreux ateliers de pratiques artistiques visuelles, d’une demi-journée l’autre, pour re-visiter des séquences vidéo autour de la figure de l’exil.
Ces ateliers, image par image, explorent, expérimentent, trafiquent, inventent de multiples formes au mouvement, et invitent à entrer en création en re-bondissant sur des films fondateurs, transformé en une suite d’images imprimées au rythme de 6 photogrammes par seconde.

En agissant sur un passage, chaque participant, prenant la suite d’un autre, peut re-mettre en question sa perception du film, grâce à la technique de la Photocopie*, par une re-colorisation, une ré-interprétation, des contre et sur-emplois, des animations, des collages, …, au service d’un imaginaire débridé. La re-prise d’images animées définit de nouveaux contours dans le déplacement des formes et des sens.

* La technique de la Photocopie consiste à ré-intervenir librement sur un extrait filmique choisi, séquencé en une suite d’images et imprimé.

 

La succession des dessins re-numérisés est présentée dès la fin de la session d’atelier et sera ensuite re-montée, rythmée, enchainée et intègrera le spectacle « Eclaboussure » qui partira en tournée en méditerrannée avec le projet « C’est la Goutte d’eau » par des projections marines.

Mise en oeuvre d’un atelier sur une demi-journée
In
– Visionnage des séquences vidéo sélectionnées,
– Travail d’observation du principe de la décomposition du mouvement cinématographique,
– Découverte des techniques de la Photocopie, une des branches du cinéma d’animation en 2D,- Séquençage par seconde remis à chacun,

– Réflexion sur comment ré-intervenir sur son passage ?, seul ou en résonnant avec le groupe, – Création : colorisation, animation dans l’espace de la feuille, tamponnage, détournement, …,
– Captation image par image au banc-titre,
– Enchainement bout à bout rapide,

– Projection.

Out
– Montage professionnel créatif,- Restitution à bord.

IL ETAIT UN TRUC…, l’association qui amène la création artistique par tous, pour tous, partout…, en allant du FAIRE au VOIR ! 

A l’usage, IL ETAIT UN TRUC… porte le cinéma au regard de tous, de la création à la diffusion, de la production à la distribution.
Formellement, l’association développe des expériences cinématographiques sous la forme d’ateliers de pratiques artistiques, et transmet ses lumières par l’appropriation d’outils de création et d’expérimentation.
Autrement, IL ETAIT UN TRUC… porte la structure mobile et modulable des FILMS en TUBES. Une fabrique qui invite à la découverte de nouvelles formes audio et visuelles dans des démarches d’éducation au cinéma.

Regardez Voir
Les ateliers de l’association IL ETAIT UN TRUC…, donnent l’occasion de découvrir la fraîcheur de pratiques artistiques riches en moyens, sensations et idées.
La volonté est de sensibiliser à la culture cinématographique, former à la lecture de l’image, contribuer à l’éducation du spectateur, construire la fréquentation des salles de cinéma comme pratique culturelle et parcours de découvertes, et libérer toutes les imaginations.
Nous proposons des ateliers permettant d’appréhender les questions de rythme, de mouvement et de transformation, qui sont au centre du cinéma d’animation. Ces pratiques explorent de nouveaux enjeux méthodologiques, artistiques et esthétiques. Elles portent un regard sur le monde contemporain..
Par ces actions, nous travaillons à développer les rencontres et l’apprentissage des savoirs faire, voir et être, en créant.
Cette formation du regard, avec ce qu’elle implique de liaisons théorie-pratique, développe une attitude de recherche et d’expérimentation. Le voir apparaît comme un moyen essentiel d’articuler le savoir et le faire. Le participant-spectateur devient le destinataire de cette connaissance et de ce savoir acquis par l’expérience artistique.
Les rapports entre l’observation et l’action sont au centre de l’apprentissage de la connaissance. Il faut apprendre à voir. Il faut s’attaquer courageusement aux images pour apprendre à les lire. Le plaisir de voir s’ajoute à celui de jouir de la manière dont c’est montré.
Intervenir grâce à ces ateliers, c’est partir à la conquête d’un art de la vision, un art total, hanté par la synthèse de l’être et de l’image. 

Réservations infos@lavoirtheatre.org Ou par SMS au  06 69 70 46 06.

(Date – Nom – numéro de téléphone – nombre de places)

Le Lavoir Théâtre  63,Bd du Fossan 06500 Menton – 04 93 41 41 55